Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les petites histoires de Paul

Les petites histoires de Paul

Menu
Tout feu, tout flamme (II)

Tout feu, tout flamme (II)

Précédemment :

Octave Cassorte a un don : son corps ne réagit pas au feu. Et heureusement pour lui car sa maison prend feu. Ses parents décèdent. Le sergent Bonpalle, de la police de Brest, est sur l’affaire.

II

Le sergent Francis Bonpalle de la police de Brest comprit rapidement que cette affaire allait être compliquée. Il avait contacté un consultant réputé de la police de Vendôme, dans le Loir-et-Cher. Il s’appelait James Fergusson.

James arriva à Brest sur les coups de onze heures. Après avoir déposé ses bagages à l’hôtel, il fila directement au commissariat de Brest. Aussitôt arrivé il fut assailli par un sergent, un certain Bonpalle. Ce dernier lui expliqua les faits :

« Hier soir, une maison a brûlé. Elle était habitée par un couple et leur fils. Seul le fils a réchappé des flammes. L’incendie a tout de suite été identifié comme criminel car des traces d’huile de combustion ont été découvertes. Le seul bémol est que le petit est encore à l’hôpital. Il est comme bloqué.

-C’est fâcheux certes mais pas forcément handicapant pour les suites de cette investigation, rétorqua James.

-Si vous le dites. Par où voulez-vous commencer ?

-Nous commencerons par fouiller dans le passé des parents. »

Après un déjeuner bien garni, Bonpalle et James retournèrent au commissariat pour chercher l’histoire des deux défunts parents dans les bases de données de la police nationale. Vers dix-huit heures, James s’était fait une idée assez précise de la vie du couple : ils avaient étudié ensemble puis ils étaient devenus professeurs. Fin. Leur vie était on ne peut plus ennuyeuse. James ne savait pas où chercher. Il décida de rentrer à l’hôtel.

James alluma la radio et se prépara pour aller prendre une douche. Sa nouvelle enquête refusait pertinemment de lui sortir de la tête. Il entra dans la cabine de douche et commença à réfléchir intensément. Par on ne sait quel miracle, il eut une idée : et si tout partait des études des parents morts.

Vous aimez ? Abonnez-vous.